Changer de vie, le temps des vacances

A en croire les statistiques, nous serions nombreux (environ 7 Français sur 10) à rêver de tout plaquer et de changer de vie. Rompre avec le rythme Métro-Boulot-Dodo, les transports en commun déshumanisants, les longues journées passées entre 4 murs,… pour se reconnecter avec la nature et trouver une activité qui fasse sens à nos yeux.

Oui, mais… Pas toujours facile de se lancer… Et si je ne parviens pas à en vivre ? Et si je me lasse ? Et si, en fait, cette vie qui semble m’étouffer aujourd’hui, finissait par me manquer ?

Il n’est pas toujours évident de faire la distinction entre un trop-plein ponctuel et un besoin fondamental. Pour y voir plus clair, il existe des organismes qui proposent, pour une semaine ou deux, des formats de vacances insolites. L’occasion, le temps de congés, de tester sa fibre aventurière, sans pour autant perturber tout un équilibre.

C’est le cas de l’association Cybelle Planète, qui propose notamment des missions d’écovolontariat à travers le monde. « Etude de la faune sauvage dans la forêt amazonienne », « Restauration de l’habitat des primates au Bénin », « Conservation des tortues marines en Thaïlande », ou encore, plus près de chez nous, « Suivi des dauphins en Italie »… Les missions proposées (une vingtaine environ) sont diverses et variées.

J’ai eu la chance de participer à l’une d’elles il y a quelques années. Pendant sept jours, j’ai embarqué sur un voilier habitable pour observer les dauphins, les baleines (rorquals communs), les globicéphales et les cachalots de mer Méditerranée. Une semaine en mer sans toucher terre, entourée de ces animaux qui me fascinent… mon rêve de toujours, si accessible !

Il me faudrait plus (bien plus…) qu’un article pour décrire les nombreux bénéfices retirés de cette expérience. J’aurai l’occasion d’y revenir régulièrement ici. En attendant, en voici une liste (non exhaustive) :

  • Rencontrer des personnes qui partagent les mêmes centres d’intérêt que nous
  • Rompre avec son confort, se rendre compte qu’on y survit et se découvrir plus adaptable qu’on n’aurait pu l’imaginer
  • Avoir le sentiment d’apporter sa pierre à un grand édifice
  • S’offrir une salvatrice « digital detox »
  • Se reconnecter à la nature et à son rythme
  • Goûter aux grands espaces et retrouver du souffle
  • Découvrir, derrière la fragilité et les menaces qui pèsent sur la vie sauvage, sa force de résilience. S’en laisser imprégner.

A noter aussi que pour certaines offres, il est possible de déduire jusqu’à plus de 60% des frais de mission de ses impôts.

Toutes les missions et les informations nécessaires sont disponibles ici : www.cybelle-planete.org

Bonne découverte et bon voyage !

1 thought on “Changer de vie, le temps des vacances

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *